Gérard Gullino : l’ECMV affiche ses retrouvailles avec un enfant du club

 

Entre rigueur et discipline, cet homme sincère, au parcours atypique, revient dans son club avec la ferme intention d'y réussir.

 

Le sourire rayonnant, l'accent méridional. Gérard respire le sud. Natif de Nice, le quinquagénaire a passé toute sa carrière sportive sur les bords de la Méditerrané. Du Football Club Pugétois, dans le Var, en passant par l'AC Ajaccio puis à l'AS Cannes, Gérard Gullino s'est trimballé sur toute la Côte. En ne négligeant sûrement pas le club de ses débuts et plus particulièrement celui de son cœur : l'Entente Conque Madeleine Victorine, où il a effectué son retour à la fin de la saison dernière, en tant qu'entraîneur de l'équipe senior. Non sans un brin d'émotion, le Niçois pur sucre voit en ce retour ses dernières années d'une longue et trépidante carrière. "Je mourrai ici !", jure-t-il. La main sur le cœur. Le cœur sur la main...

 

Un parcours atypique

 

Un match anodin, une rencontre fortuite : voilà comment la carrière de "Gus" a basculé dans le monde professionnel. A l'époque, le véloce attaquant  jouait à Saint-Laurent-du-Var (PHA). Lors d'un match de championnat, il se fait repérer par l'AS Cannes. Un essai plus tard, le Niçois est enrôlé dans l'effectif pour jouer en deuxième division. 19 matches et un but au compteur, il ne fera plus partie des petits papiers de l'entraineur. "Une déception" à la suite de laquelle il arrête le football pendant un an. Puis reprend à Puget-sur-Argens. Dans le Var. "A l'époque, j'aurai pu signer au SCO Angers, en D2, mais le club m'offrait pas mal d'argent pour l'époque (le début des années 1970, NDLR) et la possibilité de rester dans la région". Un choix payant... Quelques temps plus tard, le FC Pugétois affronte l'AS Mazargues en Coupe de France. "Gus" qui plantera quatre buts sous les yeux ébahis d'un superviseur de l'AC Ajaccio. Gérard Gullino décroche une semaine d'essai dans le sud de la Corse. "Ils m'ont dit : tu ne repars pas, tu restes ici…", rigole-1-il. S'ensuivent "trois années formidables" où la chaleur des rapports humains. L’identité et les valeurs corses le marquent profondément. "Quand tu rentrais dans les vestiaires, le coach te parlait de telle façon que tu avais envie de tout bouffer sur le terrain ! Des joueurs comme Jean Baeza (International français de 1967 à 1969, NDLR), par leur vécu, te transmettaient une force mentale extraordinaire".

 

 

 

De l'AC Ajaccio, Gérard Gullino ramène foule d'anecdotes. Comme ce match de Coupe de France juste avant lequel son entraîneur le prend à part et lui tend un aller simple pour la Côte d'Azur. "Si ce soir tu ne montres pas de quoi tu es capable, tu retournes d'où tu es venu", lui dit-il en substance. "Dès la 3ème minute de jeu, Je marque un but puis on se qualifie pour les huitièmes de finale. Un moment extraordinaire..." L'emblématique dirigeant de la Victorine, Sauveur Di Fraja, savoure le retour aux sources de l'ancien coach du Réveil Sportif de Saint-Isidore :"Avec Gus, on s'est connu en juniors, et c'était déjà la vedette. Son bagage technique était au-dessus de la moyenne. Son retour va donner un nouveau souffle au club". Entre rigueur el discipline. L'ECMV peut compter sur leur nouvel entraineur pour recadrer une équipe de Promotion 1re Division souvent sanctionnée par le plan antiviolence. En dehors du football, Gérard Gullino parcourt 60 à 70 km à vélo le dimanche malin avec son frère. La semaine, il s'en va de temps en temps pêcher, car "la mer, c'est toute ma vie".

 

"Un homme sérieux et discipliné"

 

Sauveur Di Fraja, n'a pas oublié ce jour du printemps dernier où il a contacté son vieil ami. Pour "prendre des nouvelles", el dans l'espoir de le faire revenir à la Victorine. Il voit en lui la rigueur nécessaire pour pérenniser le club : "Ce qui est bien, c'est qu'il ne mâche pas ses mots. C'est un homme sérieux, honnête et, surtout, discipliné. Et on s'entend si bien…"

 

Autant de valeurs chères à Gérard qui, d'un œil avisé, observe au fil des années le changement des mentalités : "La solidarité n'existe plus. Dans le football moderne, c'est chacun pour soi. Le bénévolat se perd également car la mentalité a évolué. Le respect disparait de plus en plus…"

 

Personnage incontournable du football azuréen, Gus a côtoyé de nombreuses équipes sur le pourtour méditerranéen. Entraîneur au Cavigal, à Biot mais aussi à Saint-André-de-la-Roche avant son récent passage à Saint-Isidore. Désormais, une autre page va s'écrire. Entièrement consacré à la Victorine. "Je tiens à finir ma carrière sportive sur une bonne note…"

Entre rigueur et authenticité ...

 

F.G.

Please reload

A la Une!

Réunion de rentrée 2016/17 du District Côte d'Azur avec les petits de l'ECMV.

October 24, 2016

1/2
Please reload

Dernieres news

September 3, 2018

March 22, 2018

December 20, 2014

Please reload

Archive
Please reload

Recherche
Please reload

Suivez Nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square